Article

La sélection médicale

Achevé de rédiger le 28/01/2013

Impossible de souscrire une assurance décès, sans avoir au préalable renseigné votre assureur sur votre état de santé.

Pourquoi ?

Parce qu’un assureur, quel qu’il soit, n’assure jamais un risque certain. Avant de s’engager, il veut donc en savoir davantage sur votre état de santé et s’assurer que vous n’êtes pas déjà malade.

En fonction des réponses que vous lui donnerez, il a plusieurs options :

vous assurer à son tarif normal,

vous assurer moyennant une surprime,

vous assurer en excluant les conséquences de certaines maladies,

ou purement et simplement refuser de vous assurer.

Cette sélection médicale n’est pas la même pour tout le monde, elle va crescendo, selon votre âge et les capitaux garantis. Plus vous êtes âgé et/ou plus vous souhaitez un capital décès élevé, plus elle sera lourde.

Elle peut l’être également si vous êtes jeune et que vous vous assurez pour un faible montant, mais que vous avez signalé des antécédents médicaux.

Cette sélection médicale varie d’un assureur à l’autre.

Le conseil de GVfM

Mieux vaut vous assurer le plus tôt possible, et tant que vous êtes en parfaite santé. Car la sélection médicale se fait une fois pour toute au moment de l’adhésion au contrat.

Après, même si vous êtes malade, l’assureur n’aura pas le droit d’augmenter votre cotisation en raison de votre état de santé.

Rédigé par Mireille Weinberg

La présente documentation est la propriété exclusive de GVfM. Elle a pour objectif d'aider l'internaute dans sa compréhension des offres et des mécanismes de services financiers, ainsi qu'à contribuer à l'éclairer dans sa démarche de choix. Toute reproduction, représentation, diffusion ou rediffusion, en totalité ou partie, du contenu du site (textes, images, vidéos, extraits sonores…), sur quelque support ou par tout procédé que ce soit (notamment par voie de caching, framing) de même que toute vente, revente, retransmission ou mise à disposition de tiers de quelque manière que ce soit sont interdites. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici, sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site

En savoir plus
Fermer