Afer Eurocroissance

Point fort 1

Une sécurisation de l'épargne investie via une garantie plancher jusqu'à 74 ans révolus

Point fort 2

Une allocation d'actifs avec 10 % d'actions et 18 % d'immobilier au 30 juin 2018

Point fort 3

Panachage possible entre le fonds en euros "classique" et le fonds eurocroissance

Achevé de rédigé le 02/01/2019

Créé par le législateur en novembre 2013, l’eurocroissance est une nouvelle forme de fonds en euros. Son objectif est triple :

Apporter une réponse, à la fois pour les épargnants et pour les assureurs face à la baisse des taux d’intérêts. Pour mémoire, l’OAT à 10 ans se situe à 0,70 % début janvier 2019, un tel niveau ne permettant pas aux assureurs d’investir les fonds collectés de manière rentable.

Permettre aux gestionnaires financiers des fonds eurocroissance de diversifier davantage les actifs de ces fonds en les ouvrant davantage aux actions (notamment), l’objectif étant d’accroître le financement de l’économie réelle par l’assurance-vie.

Disposer dans l’assurance-vie de fonds garantis (à l’échéance) dont le coût en marge de solvabilité pour les assureurs soit moindre que pour les fonds en euros classiques (en raison des nouvelles normes prudentielles Solvabilité II).

Positionnée très tôt sur l’eurocroissance, l’Association Afer a souhaité promouvoir cette nouvelle forme de fonds en euros comme alternative à son fonds en euros « classique » et « historique », dont la publication du taux à la mi-janvier chaque année fait toujours l’objet d’une forte médiatisation.

Depuis son lancement, le fonds Afer Eurocroissance a connu deux « bonnes » années en 2016 et 2017 avec des performances financières moyennes respectivement de 6,87 % et de 2,82 %. Compte-tenu de la baisse des marchés actions en 2018, la performance financière moyenne du fonds en 2018 sera très probablement limitée, mais c’est inhérent au fonctionnement des fonds eurocroissance. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il existe une provision collective de diversification différée (PCDD) dans le fonctionnement des fonds eurocroissance.

Malgré une performance 2018 attendue basse, Good Value for Money a renouvelé le label Sélection Premium d’Afer Eurocroissance pour 2018 / 2019 en raison des caractéristiques de l’offre :

Un même adhérent peut mixer au sein de son Multisupport Afer de l’investissement :

dans le fonds en euros classique de l’Association,

et dans le fonds eurocroissance.

Au moment de son premier investissement dans Afer Eurocroissance, l’adhérent choisit l’échéance à laquelle la garantie du placement (brute de frais de gestion annuels) lui sera accordée. Celle-ci est librement choisie entre 10 et 40 années. Une fois calée, cette échéance est la même pour tous les versements réalisés par l’épargnant dans le fonds Afer Eurocroissance.

En cas de décès de l’adhérent avant 75 ans, le Multisupport Afer intègre une garantie plancher facturée de manière uniforme 0,055 % par an de l’épargne investie dans Afer Eurocroissance.

La garantie apportée à l’épargnant dans Afer Eurocroissance est une garantie de 100 % du capital investi :

nette des frais d’entrée sur les versements (situés à 2,00 %),

nette des frais d’arbitrage éventuels vers le fonds (plafonnés à 50 €),

brute des frais annuels de gestion du fonds (situés à 0,89 %).

Pour l’épargnant qui pourrait s’inquiéter de la performance probablement proche de zéro d’Afer Eurocroissance en 2018, Good Value for Money souligne que la baisse des marchés financiers enregistrée au second semestre 2018 constitue au contraire une opportunité d’investissement dans des conditions financières bien meilleures que lorsque les marchés financiers étaient au plus haut.

La présente documentation est la propriété exclusive de GVfM. Elle a pour objectif d'aider l'internaute dans sa compréhension des offres et des mécanismes de l'assurance, ainsi qu'à contribuer à l'éclairer dans sa démarche de choix. Toute reproduction, représentation, diffusion ou rediffusion, en tout ou partie, du contenu du site sur quelque support ou par tout procédé que ce soit (notamment par voie de caching, framing) de même que toute vente, revente, retransmission ou mise à disposition de tiers de quelque manière que ce soit sont interdites. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.