Tontine à prime unique (PU) du Conservateur

Point fort 1

Possibilité pour l'adhérent de s'engager sur une ou plusieurs tontines entre 10 et 25 ans

Point fort 2

Sécurisation possible du risque de décès avant l'échéance de la tontine

Point fort 3

Alternative intéressante aux fonds en euros, avec la contrainte d'un engagement de durée

Achevé de rédigé le 17/01/2018

La tontine est un contrat d’assurance-vie par le biais duquel l’adhérent s’engage sur une durée ferme (de 10 à 25 ans pour la tontine à prime unique) pendant laquelle il lui sera impossible de récupérer son argent (pas d’avance ou de rachat possible).

En cas de décès, la somme investie par l’adhérent est perdue, sauf dans le cas de la souscription concomitante d’une assurance décès proposée par Le Conservateur. Dans ce cas, le capital versé en cas de décès n’est pas celui lié au versement réalisé dans la tontine (qui « bénéficie » alors à la performance technico-financière de la tontine), mais celui dû au titre de l’assurance décès de l’épargnant.

Du fait d’un engagement des adhérents sur le long terme, le Conservateur peut allouer les actifs d’une tontine de manière beaucoup plus diversifiée que dans le cas d’un fonds en euros. Notons également que la tontine n’est pas soumise aux mêmes règles prudentielles que l’assurance-vie (Solvabilité 2), ce qui va contribuer à renforcer dans le temps l’écart de performance déjà constaté entre les tontines et les fonds en euros classiques.

Les tontines à prime unique (PU) sont notamment destinées à des épargnants souhaitant « mettre une somme de côté » :

soit en vue d’un évènement, par exemple : l’âge prévisionnel de départ à la retraite, les 18 ans d’un petit-enfant qui vient de naître…

soit dans un objectif de préparation à la retraite, en souscrivant, par exemple, chaque année une tontine dont l’échéance arrivera à l’issue de la même durée (par exemple : le 1er avril 2035, le 1er avril 2036…).

La tontine à prime unique (PU) du Conservateur fait l’objet d’une Sélection Premium par Good Value for Money en 2017 / 2018 pour la 5ème année consécutive en raison notamment des atouts suivants :

Le Conservateur bénéficie d’une expérience prouvée sur la tontine. Aujourd’hui, les encours gérés par Le Conservateur au sein d’associations tontinières pèsent environ 2,8 milliards d’euros (fin 2016).

Le Conservateur a prouvé sa capacité à gérer financièrement des tontines sur du long terme, avec une exposition forte sur des actifs davantage risqués (de type : actions) au début de la durée de vie des tontines et une réduction plus faible au fur et à mesure du rapprochement de la date ferme de dénouement de chaque tontine.

Les rendements annuels moyens servis par le Conservateur sur les tontines ont en moyenne surperformé ceux des fonds en euros classiques de 50 centimes par an, même après prise en compte du coût de l’assurance décès facultative.

Le conseil de Good Value for Money est d’essayer de se positionner autant que possible, sur une durée de 20 à 25 ans, afin de tirer pleinement profit :

d’une part, de la possibilité de diversifier les placements de la tontine en cas d’engagement sur une longue période,

d’autre part, de l’amortissement des frais d’entrée fixes sur une durée la plus longue possible.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur la tontine à prime unique du Conservateur, vous êtes invité(e) à cliquer sur le bouton de demande de mise en relation qui s’affiche sur la présente page. Vous serez alors recontacté(e) par Le Conservateur qui pourra répondre à vos questions et vous orienter, sans aucune obligation de souscription de votre part.

La présente documentation est la propriété exclusive de GVfM. Elle a pour objectif d'aider l'internaute dans sa compréhension des offres et des mécanismes de l'assurance, ainsi qu'à contribuer à l'éclairer dans sa démarche de choix. Toute reproduction, représentation, diffusion ou rediffusion, en tout ou partie, du contenu du site sur quelque support ou par tout procédé que ce soit (notamment par voie de caching, framing) de même que toute vente, revente, retransmission ou mise à disposition de tiers de quelque manière que ce soit sont interdites. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.