Article

L'encours de la dette de l'Etat français

Achevé de rédiger le 03/06/2021

Indicateur macro-économique - Encours de la dette négociable de l’Etat français

Lecture Good Value for Money de l’indice et de son évolution

Version au 3 juin 2021

 

Définition

  • L’Etat, pour financer son déficit, est obligé de recourir à l’emprunt. La dette de l’Etat se définit donc comme l’ensemble des emprunts effectués par l’Etat pour financer son déficit. L’encours de la dette de l’Etat correspond au montant total des emprunts et résulte de l’accumulation des déficits.

 

  • Le déficit budgétaire est un flux, c'est-à-dire une donnée économique mesurée au cours d’une période. L’encours de la dette est un stock, c'est-à-dire une donnée économique mesurée à un instant donné. Ces deux données sont liées, puisque le flux de déficit budgétaire vient alimenter chaque année l’encours de la dette de l’Etat.

 

  • La dette publique correspond à la dette de l’ensemble des administrations publiques :
    • l’Etat,
    • les Collectivités locales et territoriales,
    • la Sécurité Sociale (branches maladie, arrêt de travail, maternité, retraite…).

 

Situation à date

  • Montée de la dette de l’Etat de 2 051 Md€ fin avril 2021, soit une hausse de 50 Md€ depuis début 2021, cette explosion de la dette étant principalement due au coût de la politique du « Quoi qu’il en coûte » mise en œuvre par le Gouvernement Macron / Castex dans le cadre de la crise du covid-19.
  • Durée de vie moyenne de la dette à fin mars 2021 : 8 ans et 135 jours.

 

Bilan 2020

  • Montée de la dette de l’Etat à 2 001 Md€, soit une hausse de 178 Md€ depuis début 2020, cette explosion de la dette étant principalement due aux décisions prises par le Gouvernement dans le cadre de la crise du covid-19 : confinements de l’activité, mise en chômage partiel de bon nombre de salariés, décisions d’indemnisation de certaines professions…
  • Durée de vie moyenne de la dette fin 2020 : 8 ans et 73 jours.

 

Bilan 2019

  • Montée de la dette de l’Etat à 1 823 Md€, soit une hausse de 67 Md€ proche de celle déjà constatée en 2018 (+ 70 Md€).
  • Durée de vie moyenne de la dette fin 2019 : 8 ans et 63 jours.

 

Bilan 2018

  • Montée de la dette de l’Etat à 1 756 Md€, soit une hausse de 70 Md€. Accélération de la dérive du montant de la dette par rapport aux exercices antérieurs : + 65 Md€ en 2017 et + 45 Md€ en 2016.
  • Durée de vie moyenne de la dette fin 2018 : 7 ans et 336 jours.

 

Bilan 2017

  • Montée de la dette de l’Etat à 1 686 Md€, soit une hausse de 65 Md€ sur l’exercice dans un contexte où les taux moyens 2017 ont été supérieurs à ceux 2016, alors même que la dette de l’Etat ne cesse de s’enfoncer.
  • Durée de vie moyenne de la dette fin 2017 : 7 ans et 296 jours.

 

Bilan 2016

  • Montée de la dette de l’Etat à 1 621 Md€, soit une hausse limitée à 45 Md€ sur l’exercice similaire à celle de 2015, dans un contexte de taux d’intérêts toujours très bas.
  • Durée de vie moyenne de la dette fin 2016 : 7 ans et 195 jours.

 

Bilan 2015

  • Montée de la dette de l’Etat à 1 576 Md€, soit une hausse limitée à 48 Md€ sur l’exercice grâce à la baisse des taux d’intérêts.

 

Bilan 2014

  • En se situant à 71 Md€ en 2014, la dérive de l’encours de la dette négociable de l’Etat français a été identique à celle constatée en 2013.

 

  • Au 31 décembre 2014, l’encours nominal de la dette négociable de l’Etat français est de 1 528 Md€.

 

Bilan 2013

  • Au 31 décembre 2013, l’encours nominal de la dette négociable de l’Etat français a augmenté de 71 milliards d’euros depuis le 31 décembre 2012, en passant respectivement :
    • de 1 386 milliards d’euros fin 2012,
    • à 1 457 milliards d’euros fin 2013.

 

  • L’Etat français a été fortement aidé en 2013 par le niveau particulièrement bas des taux d’intérêt (fin 2013, le niveau de l’OAT à 10 ans n’était que de 2,50 %) ; cette situation a permis de limiter le gonflement du montant de la dette simplement dû à la capitalisation des intérêts.

 

  • Au-delà de la capitalisation des intérêts de la dette, l’encours nominal de la dette de l’Etat s’accroît naturellement en raison du déficit public qui reste particulièrement élevé.

 

Rédigé par Cyrille Chartier-Kastler

La présente documentation est la propriété exclusive de GVfM. Elle a pour objectif d'aider l'internaute dans sa compréhension des offres et des mécanismes de services financiers, ainsi qu'à contribuer à l'éclairer dans sa démarche de choix. Toute reproduction, représentation, diffusion ou rediffusion, en totalité ou partie, du contenu du site (textes, images, vidéos, extraits sonores…), sur quelque support ou par tout procédé que ce soit (notamment par voie de caching, framing) de même que toute vente, revente, retransmission ou mise à disposition de tiers de quelque manière que ce soit sont interdites. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile et pénale du contrefacteur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services et offres adaptés à vos centres d’intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici, sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site

En savoir plus
Fermer